2015-01-14

La #charlitude floue / the #charlie mess

English version below.

C'est quoi un #jesuischarlie ?

Congés de fin d'année 1994 le vol d'Air France 8969 était dans tous les esprits. La télé me l'avait fait comprendre, c'était gravissime. Sauf pour un journal qui avait décidé de mettre en Une un tapis à bagages avec des membres en vrac de terroristes, sur fond vert. De mémoire il y avait une accroche ironisant sur le service à bord d'Air France. Quinze ans, plein age bête, très influençable et à peine sorti de l’intérêt des adolescents pour la mort je découvre qu'un peu d'humour bête et méchant aère l'esprit. En plus il y a Cabu le dessinateur de Dorothée. #JeSuisCharlie


Après quelques années à relire des numéros plus ou moins récents chez les parents de mon meilleur ami, ceux-ci m'offrent en 1998, un an d'abonnement à Charlie. Lorsque 666.667 club est sorti, Cantat appelait Charlie à le défendre. Peu de mes camarades de foire (a-k-a la filière S) pouvaient raccrocher ce cri en trois mots à un journal rempli de bites, de couilles, d'insanités et de mauvais esprit. Ils rataient Siné sème sa zone en écriture manuscrite, Oncle Bernard (il cause pas comme mon prof d'éco, il ne doit pas être prof), Luce Lapin et ses puces. Charlie était ma dose de n'importe quoi hebdomadaire, même ce Fischetti avec ses articles scientifiques devait être un canular, non ? #JeSuisCharlie


Le bac, étudiant-diant-diant bordelais j'ai accès à la culture. Enfin. Musées, musiques, bibliothèques, concerts, internet… j'ai accès à presque tout. Merci Charlie pour toutes ces années à me faire envie. Je te relis de temps en temps car ton mauvais esprit ne se trouve nulle part ailleurs.


2008, je suis un pro. Je lis Management, Les Echos, l'Usine Nouvelle et autres European Rubber Journal. Je te lis encore moins Charlie, mais à chaque déplacement au siège social, tu es dans ma main. Tu es là, ostensible, tu non-dis pour moi, tu me protèges en quelques sortes. Mais tu décides de virer Siné, tu t'es pris au sérieux avec les représentants d'un ami imaginaire. C'est TRÈS malhonnête. Je te vois dans le kiosque, je sais que beaucoup d'entre toi ont défendu Siné, je sais que je vais me marrer avec Maurice et Patapon. Mais ce ne sera pas avec toi. Je prends le Siné. #JeNeSuisPasCharlie.


2012, l'oncle déluré gagne contre le canard qui emploie son intraitable neveu. J'apprends qu'entre temps le neveu s'est épaissi, il est devenu le grand chef. Tu es de nouveau avec moi lors de mes déplacements au siège. J'écoute Bernard Maris sur Inter, un économiste qui devrait plaire à Oncle Bernard… Oh ! Ainsi tu étais dans ma radio tout ce temps ? #JeSuisPresqueCharlie


2014, je vois ton appel à l'abonnement. J'aime tes caricatures, ton outrance, mais tu ouvres tes colonnes à des gens qui oublient de rire des sujets graves. Ces gens sont probablement nécessaires, pour toi, à notre société. Tu as la légitimité pour porter ces voix. Je suis libre de ne pas te soutenir avec un abonnement, je ne te soutiendrai pas. #JeNeSuisPasAssezCharlie.


2015, tu ouvres toujours les colonnes à 2-3 vents mauvais. Je ne les aime pas. Ils ont maintenant l'auréole des survivants comme les autres membres, sauf ceux qui y sont restés. Tu étais là quand j'avais besoin de rire alors je suis allé dans la rue, pour défendre ces caricatures, cette outrance et cet insolent mauvais goût qui éclairent le citoyen.
J'ai eu une réaction pas très Charlie en apprenant l'élimination des trois assassins. Mes félicitations aux policiers n'étaient pas non plus très Charlie.


Depuis mercredi #JeSuisCharlie, l'émotion me fait passer un cap. Je suis en paix avec toi. Je t'attends mercredi, au courrier, je me suis abonné pour des années. Tu traineras sur la table basse, tu seras lu (d'abord en cachette, les bites obligent) par mes enfants. Peut-être un jour un-e ami-e des enfants tombera sur toi à la maison et aura un éclair comme je l'ai eu il y a 20 ans déjà…


Aux morts tombés pour leur insolence, leur métier, leur judéité (en 2015 encore, en France, être juif tue).

A Cabu, Charb et Oncle Bernard qui s'en vont avec une partie de mon adolescence.




This is not a litteral translation of the above text. The french version uses a lot of references which are senseless if you weren't in France when it happened. However you were teen, you probably (think you) were rebel. You were probably able to taste pee/poo humor even young adult.

That's the point with Charlie. Charlie ribs everyone, even themselves, without limits. Charlie stands for Charles DeGaulle, yes cartoonists mocks the man who impersonate the release from nazis. Were-they nazis ? Certainly not ! They hate symbols. All symbols. The rare times Dove of Peace was drawn, the bird was pooping, shooted and sometimes barbecued.

Criticize symbols implies criticizing all symbols : idea, policy, religions/sects, known peoples, professions, diplomas, tv programs. All the list is continually criticized. Charlie pisses on everybody and thankfully a lot of people didn't care (or didn't know).

Hammering everything and employing jews & christians & atheists & muslims, lgbt & hetero, women and men, Charlie can't be accused of (white|christian|male|hetero)-privilege bias. But to know that fact, you have to know who is Charlie, not extrapolate from an isolated mean cartoon.


Charlie was the stupid-and-mean companion when I was teen and young-adult. A friend who showed me alternate ways exist, ways few people choose to walk-in. You chose linux before 946681200, you reverse app/firmware for fun, you tink usual things to push them where original engineer didn't want to, you dare criticizing Liberty-killing Acts ? Then you are part of the people who think before embrace what is served to you through tv (specially tv news) or marketing bullshit (MEGAFA at least).

Charlie shows you the nonsense served by banks, insurances, cable operators, … the irritating subjects common press hides because the we-can't-piss-on-our-announcers thing. Charlie only relies on subscription and very few bucks given by public aid to press. "Few" means dramatically less than "Closer" (remember the President Hollande thing with Miz Trierweiler).

Charlie is also the name of Waldo. That's said, where is Charlie ?
When you leave beaten tracks, for mocking yourselves, for knowledge, for sarcastic prank, for taking pen to fight , you are close to the spirit that Charlie cartoonists loved.


Cartoonists murderers also kill journalists, janitor, policemen and policewoman (a muslim + a black + a white, the black-blanc-beur France). At the end they killed supermarket consumers just because they were jews. In 2015, in France be jew kills.






Enregistrer un commentaire